La question de la citoyenneté en sociologie et quelques réflexions à propos de l'expérience québécoise

Colloque du CRIFPE
Communication orale
Thème(s)
Les formations à l’enseignement (initiales et continues)
Symposium
Résumé
La citoyenneté a émergé comme objet de la discipline sociologique essentiellement durant la seconde moitié du 20ème siècle. Certes, la problématique de la mise en place d'une religion civique, qui devait combler le vide laissé par la sécularisation, était déjà centrale chez Émile Durkheim. Cependant, ce n'est qu'au lendemain de la Seconde Guerre mondiale que la question de la citoyenneté, de la société civile et des droits et libertés permettant une pratique substantielle de la citoyenneté a commencé à être l'objet de la sociologie politique. Des travaux de T.H. Marshall à ceux de Jeffrey Alexander, en passant par ceux de Charles Tilly, la sociologie a contribué à problématiser cet objet. Cette communication reviendra sur l'évolution de cette contribution en soulignant les enjeux particuliers qu'elle permet de mettre en relief dans le contexte québécois et canadien. Nous reviendrons notamment sur l'importance de la contextualisation historique de l'émergence des institutions, mouvements et pratiques favorisant la pratique de la citoyenneté au Québec, sur des enjeux qui ont ponctué cette histoire et sur l'importance de ces enjeux pour éclairer plusieurs débats publics contemporains.
Auteur(s)
Frédérick Guillaume Dufour
Université du Québec à Montréal - Canada

Frédérick Guillaume Dufour est professeur de sociologie politique à l’Université du Québec à Montréal et professeur associé au département de sociologie de l'Université Laval. Il détient un doctorat en science politique de l’Université York à Toronto. Il a effectué des recherches postdoctorales à l’Université Sussex et au Center for Social Theory and Comparative History de UCLA. Il a publié Entre le peuple et l’élite. Le populisme de droite aux presses de l’Université de Montréal, La sociologie historique : traditions, trajectoires et débats et La sociologie du nationalisme : relations, cognition, comparaisons et processus aux presses de l’Université du Québec à Montréal. Parmi ses domaines de recherches actuels, il s’intéresse aux études comparatives sur les nationalismes, les mécanismes de catégorisation étatiques et les changements sociaux au Québec, au Canada et en Allemagne et aux problèmes méthodologiques en sociologie historique comparative.

Séance
C-J304
Heure
2022-05-05 11 h 00
Durée
30 minutes
Salle
522c